Creazione

Festival méditerranéen de la Mode et du design

Visites & activités

Plus qu'une visite, une véritable invitation

Les villages balcons, entre traditions et authenticité

Vous avez été charmé par notre balade à travers les ruelles de Bastia, enivré par son ambiance méditerranéenne, envoûté par son caractère mystérieux…je vous invite à présent, à poursuivre notre voyage au cœur des paisibles villages balcons lovés à flanc de montagnes. Témoins de la vie rurale d’autrefois, ces villages sont le reflet d’une Corse ancrée dans ses traditions, fière de son histoire, empreinte d’un passé dont les vestiges jalonnent encore l’arrière-pays.

À travers châtaigniers, figuiers, forêts de chênes et maquis, le moment est venu de vous dévoiler quelques-uns des trésors cachés disséminés au gré de vallées, de sentiers, de hameaux et de marines.
Et si vous me suiviez pour un jeu de piste grandeur nature ? Partons ensemble à la découverte de ces lieux de vie chargés de mémoire.

Première étape de notre itinéraire, à quelques kilomètres au sud de Bastia, le village de Furiani surplombe fièrement le cordon lagunaire et l’étang de Chiurlinu.
Nous voilà à présent, au cœur du village, à deux pas de la place de l’Eglise Saint Jean-Baptiste, au pied du promontoire rocheux sur lequel se dresse, la Tour carrée Paoline ornée d’un superbe clocher. Les amateurs de randonnée se laisseront sans aucun doute tenter par une balade vers la Chapelle Santa Maria, accessible en seulement 45 minutes de marche, et offrant un superbe panorama sur les îles de l’archipel toscan.


Après cette escapade en pleine nature, rejoignons le littoral jalonné de plages de sable, terrain de jeu idéal pour la pratique d’activités nautiques. Loin de l’agitation des plages, l’étang de Chiurlinu abrite une vaste Réserve Naturelle et son éco – musée. C’est dans cet environnement préservé, qu’élisent domicile, chaque année, des centaines de flamants rose venus chercher la douceur du climat méditerranéen.
Les fans de ballon rond apprécieront de faire une halte au Stade Armand Cesari, haut lieu du football insulaire et théâtre des rencontres du Sporting Club Bastiais, que les supporters ne manqueraient sous aucun prétexte.
Poursuivons notre visite en direction du Cap Corse, à la découverte de villages et hameaux dispersés à travers le maquis et de marines ancrées sur le littoral.
Cap donc sur les hauteurs de Bastia, à Ville de Pietrabugno. Je vous propose une pause sur le parvis de l’église paroissiale Sainte Lucie, pour profiter d’un beau point de vue, avant de poursuivre vers les hameaux de Alzeto et de Guaïtella, où lavoirs, fours à pains, pressoirs et chapelles se révèlent aux visiteurs les plus curieux.


Je conseille à l’aventurier qui sommeille en vous de tenter l’ascension vers l’une des glacières que compte notre territoire. Mais au fait, savez-vous ce qu’est une glacière ? Oui… non ? Vous donnez votre langue au chat ? Les Glacières, sont d’étonnantes constructions génoises du 17ème siècle servant autrefois à conserver la neige, qui une fois transformée en glace était ensuite acheminée vers la ville, durant l’été. Aujourd’hui, elles restent très appréciées des randonneurs à la recherche de calme et de beaux points de vue.
Continuons sur la route en corniche, qui à chaque lacet, offre de superbes paysages de la verdoyante vallée de Lota jusqu’au vaste Parc Naturel Marin du Cap Corse, s’étirant de Bastia au Désert des Agriates.
En quelques minutes, nous rejoignons la placette d’Acqualta, l’un des onze hameaux de San Martino di Lota. Ici, une halte s’impose pour visiter l’église Saint Martin qui donna son nom à la commune. Adossé à l’édifice, l’oratoire de la Confrérie Santa Croce, recèle de petits trésors, des pièces uniques confectionnées, à partir de palmes tressées par les habitants du village et dévoilées à l’occasion de la Semaine Sainte.
Laissez-moi partager avec vous

un secret : nombre de sentiers serpentent le territoire, offrant autant de possibilités de balades et de randonnées à travers maquis et châtaigniers, à la découverte de maisons anciennes, ponts génois, fontaines et moulins à farine. Saurez-vous les retrouver ?
Nul doute en revanche, que vous apercevrez en scrutant le littoral, les petites plages de galets, de Grisgione et Pietranera, très appréciées par les familles locales.
Avant d’achever notre escapade, suivez-moi jusqu’au hameau de Figarella. Vous y découvrirez de majestueuses maisons d’Américains, symboles de la réussite des Corses partis faire fortune aux Amériques, ainsi qu’un imposant château du XIXème siècle. Depuis la place de l’église Saint Antoine, laissez-vous captiver par cette remarquable vue panoramique mêlant hameaux nichés au cœur d’une végétation chatoyante et étendue bleu azur à perte de vue.
Pour celles et ceux d’entre vous qui n’auraient pas encore succombé aux charmes d’une marche sportive, le hameau de Mandriale est le point de départ d’une randonnée vers la chapelle Saint Jean (ascension d’une heure environ. cf page rando) dominée par le Monte Capra et le Monte Prunu.
Direction à présent Miomo, sans aucun doute le hameau de Santa Maria di Lota, le plus fréquenté en période estivale. Cette petite marine sur laquelle veille une tour génoise du XVIe siècle, récemment rénovée, offre un cadre idéal pour les amateurs de plage et de farniente les pieds l’eau.